Accueil


Bibiane Niyonzima
de 1978 à 1996
Catholique
Burundi

Elle est née le 15 mai 1978 à Giheta. Moins de deux mois après sa naissance ses parents la conduisirent aux fonds baptismaux dans la paroisse de Murayi. Elle fit l'école primaire et ses études s'arrêtèrent là. En effet, malgré l'insistance de ses parents, elle se sentait plus attirée par la vie paysanne que par la vie intellectuelle.

Très jeune, sa foi chrétienne et sa dévotion à la Sainte Vierge se manifestaient à travers sa vie de tous les jours: chaque jour elle faisait huit kilomètres de marche à pied pour aller participer à l'Eucharistie. Elle entra dans la Légion de Marie où elle assuma différentes responsabilités. Elle inspirait, en effet, beaucoup de confiance.

Son mariage avec Méthode Nakintije fut célébré le 9 septembre 1996, pendant la guerre civile au cours de laquelle elle trouva sa mort. Un témoin oculaire du drame raconte:

Il était aux environs de 18 heures quand, en marchant sur la route, je fus alerté par beaucoup de bruits et entendis distinctement les voix de trois personnes: c'était deux hommes (un militaire en uniforme et un civil) et une très jeune femme. Le militaire s'acharnait à dépouiller la femme de ses vêtements. Il la déshabilla complètement jusqu'à lui ôter même ses sous-vêtements. Elle se débattait et criait de toutes ses forces: "Tu as beau me forcer, rien à faire, je ne céderai pas, je n'accepterai jamais de commettre l'adultère." Le civil, du nom d'Alexis, lui de son coté, faisait tout ce qu'il pouvait pour arracher la femme des mains du militaire. Contrarié, ce dernier fut pris de colère et tira une balle qui atteignit les deux victimes à la fois. Bibiane mourut sur le champ, tandis qu'Alexis eut la jambe fracassée.

Le militaire, prit de pitié de l' état d'Alexis, voulut panser sa blessure à l'aide d'une étoffe de la femme. Mais Alexis s'y refusa. Il demanda plutôt à être achevé pour subir le même sort que la dame, mourir avec elle. Le militaire encore bouillonnant de colère tira sur lui deux balles. Il expira aussitôt. Toujours courroucé, l'assassin poignarda et repoignarda de sa baïonnette les corps des deux victimes. Le militaire traîna les deux corps à coté dans une rigole sur la route Gitega-Bujumbura.
C'est ainsi que ces deux chrétiens furent témoins de leur foi. Bibiane est martyre de la chasteté tandis Alexis est martyr de la charité.

Marc Nsanzurwimo, M.Afr.



Bibliographie:

N. Contran et G. Kadjemenje, Cibles: 235 Prêtres Africains Tués (Kinshasa: Afriquespoir, 2002).


Cet article, reçu en 2004, est le produit des recherches du Père Marc Nsanzurwimo, M.Afr., étudiant sous la direction du Père Francis Oborji. Ce dernier est professeur à la Facoltà di Missiologia, Pontificia Università Urbaniana à Rome, secrétaire général de l'Association Internationale des Missiologues Catholiques (International Association of Catholic Missiologists--IACM), et membre du conseil consultatif du DIBICA.




Accueil