Accueil


Johnson, Mammie
Les années 1820 jusqu'en 1888
Baptiste
Cameroun

Enseignante et évangéliste baptiste jamaïcaine au Cameroun.

Née esclave, Johnson figurait parmi plusieurs pionniers de jamaïcains libres qui ont voyagé en 1843 jusqu'à Clarence, sur l'île de Fernando Po, et qui se sont installés en 1845 à Douala, le l/ong de l'estuaire du Cameroun. En 1853, Alfred Saker, missionnaire de la Société Missionnaire Baptiste (1814-1880) l'a baptisée et l'a encouragée a ouvrir une station missionnaire à Douala avec son mari, Sam Johnson. Avec un autre collègue missionaire jamaïcain, Joseph Jackson Fuller (1825-1908), Mammie Johnson a aidé à poser les fondations de l'oeuvre protestante au Cameroun. Ils ont étudié les langues indigènes et ont entrepris le travail de la traduction. Ils ont aussi établi des églises et ont pourvu des services dans le domaine de la médecine, de l'éducation, de l'agriculture et de la formation industrielle. En sa qualité de membre de l'équipe pastorale jamaïcaine, Johnson a lancé le travail parmi les femmes dans l'église, et elle a encouragé la formation de la direction des églises par les indigènes au Cameroun.

Ses collègues missionnaires baptistes anglais ont été très reconnaissants des soins qu'elle administrait aux malades et aux enfants de missionnaires. A l'occasion de sa mort, lors de sa commémoration, ils ont parlé de l'inspiration que cette femme ouvrière laïque suscitait en eux.

Paul R. Dekar


Bibliographie:

Horace Orlando Russell, "The Missionary Outreach of the West Indian Church to West Africa in the Nineteenth Century, with Particular Reference to the Baptists" [L'Oeuvre Missionnaire de l'Eglise des Antilles en Afrique de l'Ouest au Dix-neuvième Siècle, avec Référence Particulière aux Baptistes] (Thèse de doctorat, Oxford University, 1972); Brian Stanley, The History of the Baptist Missionary Society, 1792-1992 [L'Histoire de Société Missionnaire Baptiste, 1792-1992] (1992). Les sources de la SMB telles que Thomas Lewis, These Seventy Years, An Autobiography [Ces Soixante-Dix Ans, une Autobiographie] (1930) et Joseph Jackson Fuller, manuscrit autobiographique, qui se trouvent à Regent's Park College, Oxford, font souvent référence à Jackson.

Cet article est reproduit, avec permission, du Biographical Dictionary of Christian Missions [Dictionnaire Biographique des Missions Chrétiennes], copyright (c) 1998, par Gerald H. Anderson, W.B. Eerdmans Publishing Company, Grand Rapids, Michigan. Tous droits réservés.




Accueil