Accueil


Faraghit, Charles
d'environ 1870 jusqu'en 1931
Catholique
République Démocratique du Congo

Charles Faraghit est né au Mali, en Afrique de l'ouest, et était membre de la tribu des Bambara. Toujours enfant, il a été pris dans un raid de marchands d'esclaves qui ont ensuite traversé le désert du Sahara. En Algérie, il a été racheté de l'esclavage par la Société des missionnaires de l'Afrique. Après avoir été éduqué et baptisé, toujours adolescent, on l'a envoyé faire des études à Malte, où le cardinal Lavigerie avait fondé un institut pour la formation des catéchistes/docteurs. En 1888, après avoir fini sa formation, il a voyagé au lac Tanganyika (en Afrique de l'est, à la frontière entre l'Afrique de l'est allemande et l'Etat Libre du Congo) dans une caravane dirigée par le nouveau vicaire apostolique de Tanganyika, Léon Bridoux, et accompagné de deux camarades de classe diplômés de Malte, Adrian Atiman et Joseph Gatchi. Bridoux est mort après avoir servi seulement un an comme évêque, et le domaine de responsabilité du vicaire a été divisé en 1892. Adolphe Lechaptois est devenu vicaire apostolique de Tanganyika en 1890, et Victor Roelens vicaire apostolique du Congo supérieur.

Atiman est resté à la bordure est du lac, et Faraghit et Gatchi ont traversé jusqu'au Congo supérieur, où ils sont devenus professeurs de religion au centre catéchiste de Mpala. Par la suite, Faraghit est devenu le docteur/catéchiste résident au poste éloigné de St. Michel, à Kipongwe. Les activités des marchands d'esclaves africano-arabes ayant amené à une situation très embrouillée au Congo supérieur, les autorités catholiques ont été amenées à exercer le pouvoir civil dans leurs stations. Par conséquent, Faraghit est devenu chef de Kipongwe.

En 1917, le premier prêtre catholique africain du Congo, Stephen Kaoze, a été ordonné par l'évêque Roelens. Faraghit, qui s'était marié au Congo, est devenu père du deuxième prêtre africain congolais, Joseph Faraghit, qui a été ordonné le 1er novembre 1921. Vers ce temps-là, Charles Faraghit est entré au service médical du gouvernement à Mpweto, et peu après, il s'est installé au vicariat de Tanganyika (en Afrique de l'est allemande, maintenant la Tanzanie). Vers la fin de sa vie, il est rentré au Congo, et il est mort à Baudouinville (Kasongo) le 24 avril 1931.

Aylward Shorter M.Afr.



Bibliographie:

Roger Heremans, L'Education dans les missions des Pères Blancs 1897-1914 (Brussels : Editions Nauwelaerts, 1983).
Victor Roelens, (éd. N. Antoine) Notre Vieux Congo 1891-1917 - Souvenirs du premier évêque du Congo Belge, 2 vols. (Namur, Grands Lacs, 1948).
John B. Kabeya, Daktari Adriano Atiman (Tabora: TMP Book Department/Arusha, Eastern Africa Publications, 1978).


Cet article, soumis en 2003, a été recherché et rédigé par Aylward Shorter M.Afr., président émerite de Tangaza College Nairobi, université catholique de l'Afrique de l'est.




Accueil