Accueil


Roelens, Victor
1856 à 1947
Catholique
République Démocratique de Congo

Victor Roelens était le premier missionnaire catholique évêque de la République Démocratique du Congo. C'était un homme de nature autoritaire et pragmatique, dur et obstiné. Citoyen belge, il est né à Ardooie dans le diocèse de Bruges, en Flandres occidentale. Son père était jardinier, employé par le comte de Jonghe, et c'est de lui que Roelens a hérité d'un respect et d'un amour pour le travail manuel. De 1873 jusqu'en 1879, il était étudiant à la faculté de Tielt, et il a ensuite fait des études de philosphie pendant un an au séminaire de Roulers. En septembre 1880 il est entré au novitiat des Missionnaires d'Afrique à Alger, et après avoir fait des études théologiques à Carthage, en Tunisie, il a été ordonné prêtre par le fondateur, le cardinal Lavigerie.

Pendant sept ans, Roelens a travaillé en Europe et au Proche Orient. Il a travaillé surtout en Belgique, où il a organisé le comité contre l'esclavage, et a ensuite enseigné au séminaire grec melchite de St. Anne, à Jérusalem. Roelens a partagé cette expérience de Jérusalem avec plusieurs autres évêques de l'Afrique équatoriale qui, comme lui, ont commencé des séminaires pour la formation de prêtres africains. En 1891, Roelens a été nommé au Congo supérieur, et a voyagé au lac Tanganyika avec la dixième caravane de Missionnaires d'Afrique, arrivant au lac dans l'année suivante. Le Congo supérieur est devenu une juridiction séparée en 1893, avec Roelens comme administrateur. Quand elle est devenue vicariat apostolique en 1895, Roelens a été nommé évêque--le premier de la colonie. Il est rentré en Belgique et a été ordonné évêque à Malines par le cardinal Goossens.

Roelens a pris le Congo supérieur en main à un moment difficile. La région entière avait été ravagée par les marchands d'esclaves, et la guerre contre eux a continué pendant ses deux premières années. Après l'arrivée d'officiers militaires belges et l'installation d'un avant-poste allemand sur la côte est de lac Tanganyika, les raids des négriers se sont enfin terminés autour de 1893. Cependant, quatre ans plus tard, la mutinerie massive de la Force Publique du Congo a causé des troubles violents dans la région, et elle n'a pas été étouffée jusqu'en 1908. Entre 1903 et 1907 il y a eu des grandes épidémies qui ont causé la mort de milliers de personnes, y compris dix-neuf missionnaires sur les quarante-deux de la région. Quand Roelens a pris la relève, il y avait deux stations missionnaires au vicariat, Mpala et Moba (la future Baudouinville ) et quelques centaines de chrétiens. Dès son arrivée, Roelens a fondé Murumbi. Dans l'absence d'une administration efficace de l'Etat Libre du Congo, les stations missionnaires sont devenues des "cités" autonomes, offrant une certaine mesure de protection à la population locale, avec leur propre gendarmes, tribunaux, monnaies et milices. "C'est ma république," a dit Roelens une fois, "et j'en suis le président."

Cette situation a donné lieu a des conséquences diverses. D'abord, les missions ont continué à être, pendant des années, des lieux de réception pour les orphelins, les esclaves rachetés, et d'autres victimes de la violence. En fait, l'éducation au Congo supérieur a existé par rapport aux orphelinats et aux installations chrétiennes bien longtemps après la disparition de cette situation dans d'autres parties de l'Afrique. Aussi, l'église catholique était tellement bien placée lors de l'installation de l'administration coloniale, qu'elle a pratiquement partagé le pouvoir civil avec l'état. Le concordat de 1906 avec le Vatican a donné des terres importantes à l'église, ainsi que des subventions pour les écoles catholiques. Les atrocités associées à l'exploitation du caoutchouc sauvage au Congo n'ont pas eu lieu dans le vacariat du Congo supérieur, et quand on en parlait de plus en plus, Roelens croyait qu'il s'agissait d'une calomnie contre le roi belge. Roelens a été décoré de nombreuses fois par le gouvernement belge, et il a dû ressembler à l'idéal du missionnaire belge catholique que se faisait Leopold II. Ceci dit, il n'était pas toujours d'accord avec le gouvernement, surtout au sujet des camps de jeunesse militaires et des collèges techniques, et il craignait l'influence des franc-maçons à l'intérieur du gouvernement. En 1908, il a pris la mesure importante d'appeler, et de présider une réunion de supérieurs religieux catholiques à Léopoldville (Kinshasa).

Il y avait un véritable vide socio-culturel au Congo supérieur quand Roelens est arrivé, et de toute manière, il portait un regard sceptique sur la culture et les traditions africaines. Après avoir vécu longtemps en Afrique, il prétendait comprendre la psychologie de l'africain, mais en fait il s'intéressait peu à la manière de vivre des africains, et avait peu de sympathie pour eux. C'était là une attitude différente de celle de ses frères évêques à Tanganyika et à Nyasa (Zambie/Malawi). Il déplorait en particulier le fait que les enfants traînaient nus ça et là, et que leurs parents les laissaient se débrouiller tout seuls. C'est d'ailleurs pourquoi il voulait absolument écarter les écoliers de l'influence de leur famille. Il croyait que l'église devait être "maîtresse de la jeunesse." Il respectait l'avertissement de Lavigerie, qui voulait que l'on évite de créer des "européens noirs," mais il voulait néanmoins assimiler les africains à une culture belge, chrétienne, "supérieure." Sa politique, selon un observateur, était une forme de génie social. Il croyait aussi fermement aux méthodes de force, et pratiquait un système de récompenses et de punitions pour assurer que les parents envoient leurs enfants à l'école. "Le bâton," comme il disait souvent, "vient du ciel."

En 1893, Roelens a fondé un centre de formation catéchiste à Mpala qui a par la suite été transférée à la nouvelle station missionnaire de Lusaka, en 1905. Sous l'influence du gouvernement, plus tard, ce centre est devenu un centre de formation des enseignants. Les orphelinats et les écoles du Congo supérieur sont restées fermement entre les mains de l'église, qui voulait protéger les élèves contre les influences séculaires. Roelens a rédigé un catéchisme en swahili, et il énonçait ses politiques missionnaires par moyen de circulaires rigides qui comprenaient aussi des instructions pour ses missionnaires. Un groupe de séminaristes cadets s'est formé dans les ailes du centre catéchiste à Lusaka. Dans ce groupe, on permettait aux étudiants d'étudier le français ainsi que le latin, et on étudiait aussi certains auteurs classiques, comme Cicéron. En 1907, un séminaire important a été fondé à Baudouinville, et le premier prêtre congolais, Stéphane Kaoze, qui a été ordonné par Roelens en 1917, en était le fruit. Le succès du séminaire, et la persévérance de Kaoze, tenaient probablement plus du soutien qui venait de la part de l'évêque auxiliaire de Roelens, Auguste Huys.

Huys est mort en 1931, et Roelens a reçu Morlion comme coadjuteur en 1939. Quand Roelens a démissionné en 1941, après avoir été évêque pendant quarante-six ans, son vicariat comptait 52000 chrétiens baptisés, quatre-vingt-quatre chapelles de postes éloignés et 391 écoles de village. Il a passé ses six dernières annés de retraite dans la prière et l'étude. Mort à l'âge de 89 ans, il avait survécu à plus de soixante de ses missionnaires. Malgré le fait qu'il était un personnage controversé et qu'il était marqué d'un caractère souvent peu attirant, Roelens était un des fondateurs très importants de l'église catholique dans la République Démocratique du Congo.

Aylward Shorter M.Afr.


Bibliographie:

Roger Heremans, L'Education dans les Missions des Peres Blancs en Afrique centrale 1879-1914 (Brussels : Editions Nauwelaerts, 1983).
Victor Roelens, (éd. Antoine,N.) Notre Vieux Congo 1891-1917, Souvenirs du Premier Evêque du Congo Belge, 2 vols, (Namur: Editions Grands Lacs, 1948).
Friedrich Stenger, White fathers in Colonial Central Africa - A Critical Examination of V.Y. Mudimbe's Theories on Missionary Discourse in Africa [Les Pères Blancs en Afrique Centrale Coloniale - Un Examen Critique des Théories sur le Discours Missionnaire en Afrique de V.Y. Mudimbe] (Münster, Hamburg, London: Lit Verlag, 2001).

Cet article, soumis en 2003, a é recherché et écrit par Aylward Shorter M.Afr., président émerite de Tangaza College, université catholique de l'Afrique de l'est.




Accueil