Accueil


Dive Zika Yerusi
De 1934 à 2003
Communauté Evangélique au Centre de l’Afrique
République Démocratique du Congo

Dive Zika est née le 12 Février 1934 à Blukwa, une localité située au Nord-est de la République Démocratique du Congo. Son père s’appelait Zakaria et sa mère s’appelait Elizabeth, tous chrétiens dans la 20e Communauté Evangélique au Centre de l’Afrique. Le nom Dive signifie Patience et Zika signifie Amour.

En famille, ils étaient au nombre de cinq dont deux garçons et trois filles.

Elle épouse Monsieur Dhedonga, vers l’année 1956. Ils ont eu six enfants : quatre garçons et deux filles. Dive fit ses études primaires à Blukwa, suivies de quatre ans à l’Institut Biblique et puis deux ans d’études d’enseignement théologique par correspondance. Les langues qu’elle avait bien maîtrisées étaient le Baledha (sa langue maternelle) et le Swahili du Congo.

Dive exerça plusieurs fonctions au sein de l’église. Elle fut enseignante à l’école de dimanche et son enseignement était très apprécié par les parents des enfants qu’elle encadrait au niveau de l’église. Elle fut aussi la représentante des femmes de la Bonne Nouvelle dans la Sous-section de Blukwa. Le don spécial de Dive qui était apprécié de tous était son don de conseillère.

Aujourd’hui encore, on se souvient d’elle. En effet, beaucoup des mamans se rendaient chez elle pour recevoir des conseils. C’est avec ce don que Dive a rendu service dans différents endroits de la région, notamment à Blukwa, Zatso, Toto, Luvangire et Ngbago.

Cette grande conseillère est morte pendant la guerre interethnique qui avait secoué le district de l’Ituri entre 2002 et 2003. Quand elle fut attrapée par les ennemis de la tribu adverse, elle leur demanda juste quelques minutes pour prier. Les bourreaux lui donnèrent un moment, puis ils l’ont égorgée. C’était en 2003.

Akumu Georgine
Sources:

Mbukana Timothée, ancien de l’Eglise à Blukwa. Interview du 23 mai 2013 à Bunia.

Ngajole Sambani, un des élèves de Dive à l’école de dimanche. Interview du 26 mai 2013 à Bunia.
Cet article, reçu en 2014, est le produit des recherches d’Akumu Georgine, étudiante en 3e graduat à l’Université Anglicane du Congo, sous la direction du Révérend Yossa Way. Ce dernier est professeur de théologie et coordinateur de liaison du DIBICA à l'Institut Supérieur Théologique Anglican (Bunia, Rép. Dém. du Congo) ainsi que récipiendaire de la bourse du Projet Luc en 2001.
Accueil