Accueil


Täklä-Haymanot
env. 1215 jusqu'à env. 1313
Église Orthodoxe
Ethiopie

Täklä-Haymanot, dirigeant orthodoxe de renouveau et de mission. Täklä-Haymanot est né à Silalish, Zorare (le district présent de Bulga dans le sud de l'Ethiopie), dans une ancienne famille ecclésiastique orthodoxe. Les racines de cette famille dans la ville de Shawa remontaient à dix générations. On pense qu'il a reçu sa première instruction religieuse de la part de son père, qui était prêtre. Alors qu'il était encore jeune garçon, et à une époque ou la communauté chrétienne à Shawa était une minorité démoralisée, assiégée, et en déclin, il a été ordonné diacre par l'évêque Qerilos d'Egypte. Le jeune prêtre Täklä-Haymanot ne semble pas avoir fait preuve d'un génie particulier qui pourrait expliquer l'influence profonde qu'il a exercée plus tard. Pendant neuf ans, son association au monastère Dabra Hayq d'Iyasus-Mo'a (entamée quand il avait déjà bien plus de trente ans) ne semble pas avoir été sensationnelle, mais elle a posé la fondation de l'influence qu'il a eue par la suite sur le monachisme et l'évangélisation. Alors qu'il était moine d'âge mûr, il est allé s'installer dans la vieille école monastique de son ancien maître à Dabra Damo, dans la province de Tigré. C'est là qu'il a commencé a attirer un groupe important de jeunes gens, un groupe qui comprenait Ar'ayana-Saggahu, Madhanina-Egzi, et Bartalomewos, trois personnes dont les accomplissements assureraient à leur maître une distinction durable dans l'histoire de l'église éthiopienne.

Après avoir joué un rôle clé et soutenu dans le renouveau monastique au Tigré, le vénérable Täklä-Haymanot est rentré dans son lieu d'origine à Shawa comme émissaire d'une église revitalisée. Son succès dans la transmission l'esprit du renouveau aux communautés chrétiennes de Shawa marque l'apogée de son influence. Même s'il a probablement été prédicateur itinérant, son héritage durable est d'avoir établi un centre permanent d'instruction chrétienne et de monachisme à Dabra Asbo (connu aujourd'hui sous le nom de Dabra Libanos, le monastère le plus important de l'Ethiopie), qui est devenu un agent de la conversion de grandes parties de la population païenne de Shawa, de Damot et de Gojjam, renversant ainsi plusieurs centaines d'années d'expansion musulmane incessante dans la région. C'est là que Täklä-Haymanot a passé les trois dernières décennies de sa vie--les décennies les plus fructueuses. Pratiquement tous les dirigeants d'église et les communautés qui ont émergé lors de cette période de renaissance chrétienne dans les districts de Katata et de Grarya, ainsi que dans tout le plateau de Shawa, ont trouvé que leurs origines étaient liées directement ou indirectement à la communauté Dabra Asbo de Täklä-Haymanot. Cela assura ainsi le succès des efforts ultérieurs du roi Amda-Siyon, (1314-1344) qui a consolidé et étendu l'Ethiopie comme empire chrétien.

Jonathan J. Bonk


Bibliographie:

Les sources en anglais sont plutôt sommaires, parfois peu fiables, et assez difficiles d'accès. Parmi les plus utiles, voir : E. A. Wallis Budge, trad., The Life of Takla-Haymanot in the Version of Dabra Libanos, and the Book of the Riches of Kings (1906) [La vie de Täklä-Haymanot dans la version de Dabra Libanos et le livre des Richesses des Rois] et The Book of the Saints of the Ethiopian Church : A Translation of the Ethiopic Synaxarium, Made from the Manuscripts Oriental 660 and 661 in the British Museum (1928) [Le livre des saints de l'église éthiopienne : une traduction du Ethiopic Synaxarium faite à partir des manuscrits orientaux 660 et 661 qui sont au British Museum].

Des sources d'information plus critiques incluent:
G. W. B. Huntingford, "The Lives of Saint Takla Haymanot," [Les vies de Saint Takla Haymanot] dans le Journal of Ethiopian Studies 4 (juillet 1966) : 35-40. Taddesse Tamrat, Church and State in Ethiopia 1270-1527 [L'église et l'état en Ethiopie] (1972).



Cet article est reproduit, avec permission, du Biographical Dictionary of Christian Missions [Dictionnaire de Biographies des Missions Chrétiennes], © 1998 par Gerald R. Anderson. Tous droits réservés.




Accueil