Accueil


Christaller, Johannes Gottlieb
1827 à 1895
Eglise de la Mission de Bâle
Ghana

Linguiste de la Mission de Bâle, traducteur de la Bible, et missionnaire au Ghana.

Né dans une famille pauvre à Winnenden, dans le sud ouest de l'Allemagne, Christaller a été remarqué pour son intelligence peu ordinaire, sa grande soif de la connaissance, et sa capacité exceptionnelle pour les langues. Ayant grandi au sein des communautés de foi piétistes de l'église luthérienne, il a ressenti un appel missionnaire lorsqu'il était encore jeune. Après quatre ans de formation dans la Maison des Missions à Bâle, il a été envoyé en Côte d'Or (le Ghana actuel) où il est arrivé en janvier 1853. En plus de son enseignement à la nouvelle faculté théologique de la Mission de Bâle à Akropong-Akuapem (fondée en 1848), sa tâche principale était de traduire les Ecritures et de produire d'autres ouvrages chrétiens pour les communautés chrétiennes indigènes croissantes.

Christaller a vite maîtrisé le Twi et a commencé sa traduction de la Bible. En 1859 le texte des quatre Evangiles et des Actes des Apôtres a été imprimé. Dès 1863, tous les livres du Nouveau Testament étaient disponibles séparément. Les Psaumes et les Proverbes ont suivi en 1866. Sa constitution étant plutôt faible, Christaller a été obligé de rentrer en Europe en 1868. Cependant, il a pris le texte complet de la Bible Twi avec lui, et ce texte a été imprimé en 1871. Il s'est installé à Schöndorf, et de là il a continué à servir les églises de la Côte d'Or de langue Twi. Il a publié sa grammaire scientifique du Twi en 1875, suivi de son œuvre maîtresse en 1881, Dictionary of the Asante and the Fante Language-called Twi [Dictionnaire de la langue Asante et Fante - appelée Twi] (en deux volumes), un véritable lexique des idées culturelles, religieuses et sociales des Akans. De 1883 jusqu'à sa mort, Christaller a édité The Christian Messenger [Le messager chrétien] qui est toujours le plus ancien magazine chrétien publié au Ghana. Christaller a reçu le Prix Volney de l'Académie Française deux fois. Sa contribution au développement du christianisme indigène au Ghana a été bien évaluée par Noël Smith : "L'œuvre de Christaller a accompli trois choses : elle a élevé la langue Twi jusqu'au niveau littéraire et a posé le fondement de tout travail conséquent par rapport au Twi; pour la première fois, on a pu connaître avec perspicacité les idées religieuses, sociales et morales des Akans ; et finalement, l'expression de la louange chrétienne akane a été rattachée de manière définitive à la langue indigène." (The History of the Presbyterian Church in Ghana, 1835-1960 [1965]), [Histoire de l'église presbytérienne au Ghana, 1835-1960].

Kwame Bediako


Bibliographie:

Johannes G. Christaller, Missionar J. G. Christaller : Erinnerungen aus seinem Leben [Souvenirs de sa vie] (1929). Pour deux évaluations ghanéennes de la carrière missionnaire de Christaller, voir J. B. Danquah, The Akan Doctrine of God: A Fragment of Gold Coast Ethics and Religion (1944) [La doctrine akane de Dieu : un fragment de l'éthique et de la religion de la Côte d'Or], pp. 185 et suite, et Kwame Bediako, Christianity in Africa: The Recovery of a Non-Western Religion [Le christianisme en Afrique: le rétablissement d'une religion non occidentale] (1965), chap. 3 et 5.


Cet article est reproduit, avec permission, du Biographical Dictionary of Christian Missions [Dictionnaire de Biographies des Missions Chrétiennes] © 1988, par Gerald H. Anderson, W. B. Eerdmans Publishing Company, Grand Rapids, Michigan. Tous droits réservés.




Johannes Gottlieb Christaller

Agrandir
Accueil