Accueil


Guinard, Marie-Louise (Mère Saint-Louis de Gonzague)
De 1872 à 1943
Église Catholique
Madagascar



Née à Aups (Var) le 20 août 1872, Marie-Louise Guinard fit ses études en Dauphiné pour être institutrice. Cette vocation d'enseignante prit une orientation particulière : elle entra chez les Sœurs de la Providence de Corenc sous le nom de Mère Saint-Louis-de-Gonzague. Elle s'est toujours défendue d'avoir un tempérament de "provençale" et pourtant, comment expliquer autrement que par ses affinités avec "le pays de soleil" le pétillement de son esprit qui s'échappait en tempérament? Nature exceptionnelle, capable d'une ténacité héroïque pour réaliser, envers et contre tout, auprès de ses chers Malgaches, ce qui lui apparaissait comme un bien en vue de l'avenir. Pour céder le terrain aux constructions projetées par cette grande bâtisseuse, des talus ont disparu, des creux ont été comblés, illustration merveilleuse des promesses bibliques! …Où puisait-elle cette indomptable énergie? Dans une confiance éperdue en la Providence et dans la foi à son idéal missionnaire.

Idéal vers lequel elle était toute tendue depuis sa jeunesse, c'est pourquoi, dès le second départ pour Madagascar, en 1901, s'embarque-t-elle vers le pays de ses rêves. Là, sa belle âme s'épanouira et ses qualités naturelles prendront un nouvel éclat. Durant 42 ans, elle fournira une carrière féconde, originale, merveilleuse. A trois reprises, elle sera choisie comme responsable de toute la mission: la 1re fois durant deux sexennats (1907-1919), la 2e fois durant un sexennat, (1932-1938), quant au 3e mandat, coupé par une mort rapide, il dure 4 ans (1939-1943). Au total, Mère Saint-Louis de Gonzague fut en charge pendant 22 ans. Son dynamisme se donna libre cours dans tous les domaines: enseignement, ouvroirs, orphelinats, catéchuménats, visites apostoliques, constructions de tous genres mais surtout création d'un Noviciat indigène.

Quatre ans après son arrivée, elle fonde l'importante maison d'Ambatolampy où, malgré le relief tourmenté, elle fait sortir de terre, en plusieurs étapes, les bâtiments actuels. Puis c'est Amparibe où elle désire "une maison grande et solide pour garantir nos enfants du froid, de la pluie, des vices surtout." - Ce sont ses propres paroles écrites à des bienfaiteurs. Plus tard, c'est Faratsiho et enfin, en1935, le lointain Morondava, sur la Côte Ouest.

Pour elle, bâtir, c'est créer, partir de zéro, car tout manque: matériaux, argent, ouvriers qualifiés ... Où en trouver? C'est alors que cette femme au grand cœur a une initiative géniale. Venue en France pour les obligations de sa Charge, elle recrute des bienfaiteurs et s'adonne à des expériences originales. La voici, elle l'intellectuelle, visitant les différents ateliers de la ville de Grenoble, se faisant expliquer la manière de faire ceci ou cela, s'exerçant au maniement de tel outil sous la direction d'un technicien fort intrigué par cette Sœur qui veut tout apprendre. Pour compléter sa documentation, elle achète des livres qui traitent de maçonnerie, menuiserie. La voici revenue dans "son" pays aimé; vite elle achète des matériaux et embauche des adolescents qui errent, oisifs, dans le village. C'est de cette équipe improvisée que sortiront, très bien formés par elle, les "mpiasà" (ouvriers) dont le talent suscite l'admiration de tous. C'est un spectacle peu banal de voir la Mère perchée très haut, en équilibre sur les murs qui montent ou sur des échafaudages branlants, dirigeant de la voix ou du geste sa jeune équipe. Quand les années font sentir leur poids et qu'elle ne peut rester longtemps debout, elle continue à suivre le travail, déplaçant sa chaise le long des murs. Grâce à la Mère et à son équipe, la Mission possède de vastes maisons et de jolies chapelles. A diverses reprises des épreuves surgissent en travers de sa route, c'est l'inondation qui menace d'éboulement la nouvelle construction et emporte les matériaux, c'est le feu qui consume la case à riz, la menuiserie, les portes et fenêtres neuves; c'est le mur de clôture qui s'effondre par trois fois ... Toujours elle reste confiante, tenace et même enjouée. Ne dit-elle pas, en 1910, lorsque le prix Montyon lui est décerné: "Quel hommage que la fin de l'éloge ne dise pas que l'Académie nous offre un prix de 5 000 F !".

De fait, ses soucis d'argent sont énormes. Aussi assuma-t-elle durant des veillées nocturnes prolongées au-delà de minuit, le labeur supplémentaire d'un gros courrier entretenu avec des bienfaiteurs pour solliciter, remercier, renseigner ... Que dire de ses multiples chevauchées à travers le pays malgache, chevauchées' épiques sur des bêtes rétives, ânes ou mulets retors, qui plus d'une fois envoyèrent l'amazone d'occasion mordre la poussière! Que dire sinon qu'elle était toute donnée ...

Identifiée au peuple malgache par le cœur et par l'action, elle ne parvint pas malgré ses efforts, à acquérir une parfaite maîtrise de la langue, cela lui fut une souffrance permanente, néanmoins, elle nous a légué d'épais cahiers où, de sa grosse écriture, elle a noté les règles de la grammaire malgache, à l'époque où les livres étaient rares, ils ont été précieux ces cahiers! Bâtisseuse, elle le fut dans tous les domaines! ... parallèlement à l'assemblage des briques, elle a édifié, avec des pierres vivantes, une Province composée de Sœurs malgaches. Dans une vue prophétique, elle a osé ériger, en 1908, un Noviciat autochtone, à une époque où cela semblait une utopie. Incomprise, combattue, elle dépasse les obstacles et avance avec une sage prudence mais aussi une ferme résolution. Sa confiance lance la Mission sur les chemins de l'espérance. Les années suivantes prouveront qu'elle a vu juste. A 60 ans de distance, Mgr Ramanantoanina, archevêque de Fiaharantsoa, exprimait en ces termes son merci, à la Supérieure générale: "Ce que j'ai toujours admiré dans votre Institut, c'est votre confiance à faire confiance aux possibilités de notre race ... C'est votre lucidité à lire les signes des temps. Je pense pouvoir dire que votre Congrégation est, de toutes, la mieux enracinée dans le pays; elle est devenue vraiment malgache". Ne convient-il pas de renvoyer cet éloge à celle qui, bien avant qu'on parle de malgachisation, mettait tout en œuvre pour promouvoir l'essor de la vie consacrée dans le peuple malgache et qui, déjà, dans l'ombre et le silence, dessinait à l'Eglise son visage malgache? Oui, l'érection de ce Noviciat reste le plus bel édifice de la "grande Bâtisseuse", Mère Saint Louis de Gonzague Guinard.

En 1943, en dépit d'une santé chancelante, elle voulut achever une construction à Antsirabe, en pleine période de guerre, c'était donner un exemple de plus d'optimisme! ... C'était aussi épuiser ses dernières forces. Le 17 août, elle tomba sur la brèche et s'endormit pour toujours comme un bon ouvrier, au soir d'une journée bien remplie.

Grande Missionnaire, elle a semé pendant 42 ans le grain qui contenait en puissance des germes de fécondité malgache; aujourd'hui, la moisson malgache, à son tour, produit des grains prometteurs, assurant une survie à l'Idéal qui, au début du siècle, lança quatre humbles femmes dans la merveilleuse aventure missionnaire.

Sœur Marie de l'Assomption


Bibliographie:

Archives de l'Institut de la Providence. Corenc (Isère).
Diaire des Communautés malgaches.
Revue trimestrielle L'Écho des Missions, dont la Rédaction est à Corenc même.
Lhande, P., "Une épopée Missionnaire [à] Madagascar", Ed. Plon.
Hostachy, Victor, "Une belle mission à Madagascar ". Ed. Vitte (pp. 278-279 sur le noviciat).
Cristiani, Mgr. "L'Institut de la Providence de Grenoble, origines et fondation d'une congrégation française sous la Restauration".



Cet article, réimprîmé ici avec permission, est tiré d'Hommes et Destins: Dictionnaire biographique d'Outre-Mer, tome 3, publié en 1977 par l'Académie des Sciences d'Outre-Mer (15, rue la Pérouse, 75116 Paris, France). Tous droits réservés.




Accueil