Accueil


Hacquard, Prosper Augustin
1860 à 1901
Eglise Catholique
Mali

Prosper Augustin Hacquard, explorateur, missionnaire pionnier et évêque, est né à Albestroff dans le diocèse français de Nancy. En 1878, à l'âge de dix-huit ans, il a fait sa demande pour devenir membre de la Société des Missionnaires d'Afrique (les Pères blancs), qui venait d'être fondée. Cinq ans plus tard, il a été ordonné prêtre à Alger par le fondateur lui-même, le cardinal Lavigerie. Hacquard était un personnage romantique et héroïque, un "colosse barbu" avec un aspect physique puissant, plein de vivacité, sans peur, et il parlait l'arabe couramment. Sa première mission, c'était de faire partie du corps d'enseignants à l'école apostolique de St. Eugène, à Alger. Ensuite, il est devenu "soldat missionnaire" et supérieur religieux des Frères Armés du Sahara en 1891.

Lavigerie avait été nommé délégué apostolique au Sahara et au Soudan par le Pape Pie IX en 1868. Des postes missionnaires avaient été fondés à Laghouat, Biskra et Ouargla dans le nord du Sahara algérien, mais les tentatives de traverser le Sahara jusqu'au Soudan français se sont terminées par les massacres tragiques de deux groupes de missionnaires par les Touareg, en 1877 et en 1881. Dans la même année, une expédition française a été massacrée par les Hoggars, et les autorités ont défendu aux missionnaires d'Afrique de pénétrer le Sahara du sud avant les forces françaises. Les Frères Armés du Sahara, un ordre militaire religieux comme les Templiers médiévaux, étaient l'idée personnelle de Lavigerie. L'idée avait été mal reçue par les missionnaires d'Afrique lors de leur congrès général de 1885, mais Lavigerie l'a ranimée lors de sa campagne contre l'esclavage en 1888. Son idée, c'était que ces frères armés laïcs aideraient à reprendre les esclaves, à pratiquer la médecine, et à enseigner les travaux manuels. Hacquard est devenu leur premier et leur seul supérieur. Au début, les autorités françaises s'attendaient à ce que les Frères les aident à pacifier le Sahara du sud, mais leur enthousiasme s'est vite transformé en inquiétude à l'idée qu'un cardinal catholique puisse avoir une armée privée à sa disposition. En fait, "l'armée" ne comptait que 22 membres. Sous la pression de l'opinion internationale, Lavigerie a abandonné le projet peu avant sa mort en novembre 1892.

Au cours de ces mêmes années, les français sont allés vers l'est à partir de leur base navale au Sénégal, pour occuper la région qui comprend le Mali et le Bourkina-Faso présent. Ils sont entrés à Tombouctou en 1894, et l'ont déclarée protectorat l'année suivante. En 1891, Lavigerie, qui était déjà archevêque d'Algers et de Carthage, avait été nommé vicaire apostolique (évêque) du Sahara et du Soudan avec l'évêque Toulotte comme assistant. Après la mort de Lavigerie en 1892, Toulotte l'a succédé dans ce rôle et s'est mis à organiser la mission au Soudan français. En 1894, il a obtenu la permission, de la part des autorités françaises, d'entrer dans la région à partir du Sénégal, à condition que le supérieur soit un citoyen français. C'est ainsi que Hacquard a été nommé au poste.

La caravane de Hacquard pour l'Afrique occidentale est partie le jour de Noël 1894, par la mer. Elle est arrivée à Dakar en janvier 1895, et Hacquard a suivi le cours du Sénégal jusqu'à Kayes, pour continuer la route à pied jusqu'à Bamako et Ségou, oùù il a établi une mission. Plus tard la même année, il est allé à Tombouctou pour y établir une mission, mais elle n'a pas duré longtemps. En janvier 1896, Hacquard a accompli le coup magistral d'accepter une invitation d'accompagner, comme interprète, l'expédition hydrographique de Hourst, qui voulait dresser la carte du Niger. Ce voyage d'exploration lui a donné une compréhension pratique des chances et des possibilités d'un travail missionnaire dans les pays frontaliers du Niger.

En 1898, Hacquard a succédé à Toulotte comme vicaire apostolique, et a été ordonné évêque en France. L'évêque Hacquard est rentré en Afrique occidentale l'année suivante, et a fondé des stations missionnaires parmi les Mossi et les Gourma du Bourkina-Faso. Aussi, en conférence avec les autorités britanniques coloniales, il a pris une initiative importante de commencer une mission dans les territoires du nord, qui deviendraient par la suite la colonie anglaise de la Côte d'Or (le Ghana). Sa mort, qui a eu lieu le jeudi saint, le 4 avril 1901, a été aussi dramatique que sa vie. Il est mort noyé pendant qu'il nageait dans le Niger, à Ségou. Il avait quarante et un ans.

Aylward Shorter M.Afr.


Bibliographie:


Eugène Marin, Vie, Travaux, Voyages de Mgr. Hacquard des Pères Blancs (1860-1901) (Paris : Berger-Levrault, 1905).
Paul Lesourd, Les Pères blancs du Cardinal Lavigerie (Orléans, Bernard Grasset, 1935).


Cet article, soumis en 2003, a été recherché et rédigé par Aylward Shorter M.Afr., président émerite de Tanzaga College Nairobi, université catholique de l'Afrique de l'est.




Accueil