Accueil


Mandlate, Rabeca
20ème siècle
Eglise du Nazaréen
Mozambique

Pendant les années 1920, Rabeca Mandlate est venue à Njatigue car elle cherchait une nourriture spirituelle. Pendant des mois elle a fait la quinzaine de kilomètres entre chez elle et le culte du dimanche, à pied. Un jour, elle a demandé qu'on fasse un culte chez elle. Il n'y avait personne à envoyer, alors elle a suggéré qu'elle dirige les réunions elle-même. "Après-tout," a-t-elle dit, "la prédication, c'est lire la Bible et expliquer aux gens ce que ça veut dire." C'est ainsi qu'elle est devenue à la fois femme pasteur et prédicateur, et elle amenait son assemblée à la mission un dimanche par mois.

Les autorités l'ont avertie deux fois de ne plus frapper le morceau de rail en fer qu'elle utilisait pour rassembler les gens. Elle a été convoquée au tribunal, qui était à trente kilomètres de là, et on lui a dit que si elle n'arrêtait pas, elle irait en prison. Le dimanche prochain, elle a sonné dès l'aube, comme d'habitude, pour appeler les gens à la prière avant de commencer les activités normales du jour du Seigneur.

Plusieurs mois après, elle a encore été convoquée au tribunal. Cette fois-ci, elle était prête s'il fallait rester : elle a amené sa natte, de la nourriture, sa Bible et son recueil de chants. En effet, elle a été envoyée en prison. Tous les soirs après le travail, elle tenait des réunions avec les autres femmes : elle lisait et expliquait la Bible, ils chantaient et priaient. On lui a demandé des comptes à cause de cela, on l'a avertie encore une fois, et elle a été renvoyée chez elle. Elle a continué les cultes, et on ne l'a plus convoquée. Cette assemblée est devenue l'assemblée de Matumanhane, une extension de l'église de Mabunganine (Guetsemane). [1]

M. Stefano Mandlate s'est repenti dans un des ses cultes, et par la suite il se sont mariés, et il est devenu prédicateur. Son église à Matumanhane a continué de grandir, et Stefano Mandlate est devenu le pasteur. [2] Pendant la guerre civile, Mme. Rabeca Mandlate a été tuée de sang-froid un soir chez elle. [3]

Paul S. Dayhoff


Notes:

1. Pasteur Miguel Chamo, "50th Anniversary Celebration of the Mabunganine (Guetsemane) Church 18-11-73," ["Célébration du cinquantenaire de l'église de Mabunganine (Guetsemane) le 11-18-73"], Mutwalisi (The Herald), Shangaan/Tsonga magazine de l'église du Nazaréen au Mozambique et en Afrique du Sud, (Florida, Transvaal, South Africa : Nazarene Publishing House, April-June 1974), 4-5.
2. C. S. Jenkins, "Those Women...," ["Ces Femmes..."], The Other Sheep [Les Autres Brebis], (Kansas City, MO: Nazarene Publishing House, March 1954), 5-6.
3. Vicente Mbanze, lettre (13 avril, 1995).

Cet article est reproduit, avec permission, de Living Stones in Africa: Pioneers of the Church of the Nazarene [Pierres vivantes en Afrique: les pionniers de l'église du Nazaréen], édition révisée, copyright (c) 1999, par Paul S. Dayhoff. Tous droits réservés.




Accueil