Accueil


Church, John Edward
1899 à 1989
Eglise Anglicane/ Eglise de l'Ouganda/ Eglise Episcopalienne du Rwanda (Mouvement Balokole)
Le Rwanda/L'Ouganda

John Edward Church a fait ses études de médecine à Emmanuel College, Cambridge, et à l'hôpital de St. Bartholomew, à Londres.

Comme missionnaire de la Ruanda Mission de la Church Missionary Society [CMS], Church a commencé son service à Kabale, en Ouganda, en 1927. Peu de temps après, il est parti pour le Rwanda, pour commencer un travail médical à Gahini. Il a épousé Decima Stacey, diplomée en médecine de la Royal Free Hospital, à Londres.

Le développement du travail médical dans le nord du Rwanda, centré sur Gahini, dépendait largement de son enthousiasme, de son esprit entreprenant et des ses dons artistiques. En 1929, préoccuppé par les souffrances des victimes de la famine, il a attiré l'attention du public sur ce fléau dans le nord du Rwanda. Ses demandes d'aide ont atteint le gouvernement et la presse en Belgique et en Angleterre.

Le premier et le plus important travail de Joe et Decie Church était concentré sur l'hôpital à Gahini. Lors d'une période où il était découragé par le développement spirituel de son travail missionnaire, il a rencontré Simeoni Nsibambi, un Mugandais remarquable, à Kampala. Tous deux partageaient une conviction spirituelle profonde, et croyaient à la puissance de Dieu pour le renouveau de son église. Dans les années qui suivirent, ce renouveau est devenu évident à Gahini. Church s'est entouré d'une équipe de travailleurs africains à l'hôpital et à l'église. C'est là et dans le territoire adjoint de Kigezi, en Ouganda, qu'ont eu lieu les premières manifestations importantes du renouveau est africain. Church était persuadé qu'une équipe d'hommes et de femmes qui étaient "un, l'un avec l'autre," et qui étaient aussi chacun "bien avec Dieu," étaient une contribution importante à l'oeuvre divine. Il a joué un rôle majeur dans beaucoup de missions d'évangélisation et de congrès au Rwanda, au Burundi, en Ouganda, au Soudan, au Kenya, et en Tanzanie. Parmi les points remarquables de ce mouvement: l'effondrement des barrières ethniques et nationales, et l'élevation de la position des femmes. Church avait été associé avec le Keswick Convention [Congrès et mouvement de Keswick] en Angleterre, et leur devise "Tous un en Jésus-Christ" était devenu une réalité pratique et visible en Afrique de l'Est.

Jusqu'en 1947, et en partie à cause des restrictions sur le transport imposées par la deuxième guerre mondiale, son ministère s'est largement limité à l'est africain. Après, une période de voyages a commencé avec une visite en Grande Bretagne en compagnie de William Nagenda et de Yosiya Kinuka. D'habitude, il formait une équipe avec un ou deux africains, et les pays visités comprenaient, pour l'Afrique, le Soudan jusqu'en Afrique du Sud, l'Europe, les Amériques, l'Inde et le Pakistan.

Pendant ce temps, Joe et Decie Church servaient à mi-temps dans l'hôpital de Gahini, et ils ont eu cinq enfants.

Le centre ecclésiastique de Gahini, au Rwanda, devait beaucoup au zèle et à la vision de Joe Church, mais son nom sera encore plus associé au renouveau de l'est africain. Même s'il n'était pas un orateur éloquent, son exposition douce de la vérité biblique, et ses illustrations simples "d'hommes-quille" se sont montrées très efficaces. L'égard humble qu'il avait envers tous ceux avec qui il travaillait, quel que soit leur sexe, leur nationalité ou leur groupe ethnique, lui a valu d'être accepté partout avec une grande affection. Sa devise, "le plus haut niveau," a marqué l'objectif de sa vie et de son travail, et il cherchait à ne montrer que "le plus haut niveau, le niveau divin" dans l'honnêteté, les rapports raciaux et personnels.

Le fait que Church refusait de distinguer entre les groupes ethniques lui a valu la désapprobation des révolutionnaires Rwandais, et il a trouvé qu'il serait sage de quitter ce pays en 1961. Il s'est installé dans l'Ouganda, et, en coopération avec son fils, Robin Church, médecin aussi, a développé l'hôpital à Kabarole, Tooro. Lors de sa retraite, en 1965, lui et sa femme ont vécu au bord du lac Victoria, et ont enfin quitté l'Afrique en 1972, sous l'impact du régime d'Idi Amin en Ouganda. Ils se sont installés à Little Shelford, près de Cambridge, en Angleterre.

H. H. Osborn



Bibliographie:

Dr. J. E. Church, Quest for the Highest [A la quête du plus haut] (une autobiographie), Paternoster, 1981).
K. Makower, The coming of the rain [L'arrivée de la pluie] (biographie), (Monarch, 2000).
H. H. Osborn, Pioneers in the East African Revival [Pionniers du renouveau est africain] (Apologia, 2000).


Cet article, soumis en 2002, a été écrit pour le DIBICA par H. H. Osborn, l'auteur du livre Pioneers in the East African Revival [Pionniers du renouveau est africain].




Joe and Decie Church

Agrandir
Accueil