Accueil


Kiwanuka, Joseph Nakabaale
De 1899 à 1966
Catholique
Ouganda

Joseph Nakabaale Kiwanuka était le premier africain de naissance à être ordonné évêque catholique en temps moderne. Il est né à Nakirebe, dans le comté de Mawakota, en Ouganda, l'enfant de parents catholiques: Victoro Katumba Munduekanika du clan des singes, et Félicitas Nankya Ssabawebwa Namukasa, du clan des poisson-poumon. Joseph a été baptisé à Rubaga, Kampala, le 25 juin, 1899. Il a fait l'école primaire à Mitala Maria de 1910 à 1914, quand il s'est inscrit à la faculté théologique junior à Bukasa. Après avoir fait des études en philosophie et en théologie à la faculté de théologie majeure de Katigondo, il a été ordonné prêtre à Villa Maria, le 26 mai, 1929. Lors de sa quatrième année à Katigondo, Kiwanuka a ressenti l'appel de rejoindre la société des missionnaires d'Afrique (les pères blancs). L'évêque Henri Streicher, son ordinaire, y était opposé. Cependant, le père Voillard, qui était supérieur général de la société, et qui a rendu visite au séminaire en 1928, avait donné son approbation à l'admission de Kiwanuka suite à son ordination.

Peu après avoir reçu les ordres, Kiwanuka a reçu son appel au noviciat des missionnaires d'Afrique le 15 juillet, 1929. Cependant, une fois de plus, l'évêque Streicher s'est interposé, et a envoyé le jeune prêtre à Rome pour faire des études supplémentaires. Kiwanuka a vécu dans la Maison des missionnaires d'Afrique dans la via Trenta Aprile, et a fait ses études à l'université pontificale Angelicum, où il a fait une licence et un doctorat en droit canonique. Le sujet de sa dissertation doctorale, qu'il a défendu en 1932, était le contrat de mariage. Après avoir visité la France et l'Angleterre, Kiwanuka est arrivé à Alger pour entreprendre son noviciat chez les missionnaires d'Afrique le 8 octobre, 1932. Il a terminé son noviciat le 12 octobre, 1933, et, après s'être rendu en Ouganda, a pris le serment missionnaire à Entebbe le 12 octobre, 1934. En attendant, le diocèse de l'évêque Streicher avait été divisé en vicariats: celui de Masaka, et celui de Rubaga, à sa retraite, en 1933.

Après des affectations pastorales à Bikira et à Bujuni, Kiwanuka a rejoint le corps enseignant à la faculté théologique de Katigondo. Le 1er juin, 1939, il a reçu la nouvelle qu'il avait été nommé vicaire apostolique de Masaka. Joseph Kiwanuka a été consacré évêque dans la basilique de St. Pierre, à Rome, par le Pape Pie XII le 29 octobre, 1939, assisté par l'archevêque Henri Streicher. Kiwanuka est rentré dans son diocèse peu après le début de la deuxième guerre mondiale. Au mois d'août, en 1940, le nouvel évêque a déménagé le siège diocésain, quittant Villa maria pour Kitovu, près de Masaka town. En 1947, Kiwanuka a joué un rôle important au chapitre général des missionnaires d'Afrique à Alger dans son soutien pour le caractère international du personnel missionnaire en Ouganda, ainsi que par sa résistance au désir du bureau colonial britannique de ne vouloir admettre que des missionnaires britanniques et de la Communauté britannique, ainsi que des missionnaires parlant l'anglais, en Ouganda.

En 1961, au mois de janvier, Joseph Kiwanuka a été nommé Archevêque de Rubaga à l'occasion de la retraite de l'Archevêque Joseph Cabana. Au mois d'octobre, l'année suivante, il a joué un rôle proéminent dans les célébrations qui ont accompagné la réalisation de l'indépendance politique de l'Ouganda. Immédiatement après, Kiwanuka s'est rendu à Rome pour participer aux séances du concile du Vatican II, de 1962 jusqu'en 1965. Lors de la troisième séance du concile, l'évêque Kiwanuka a servi comme assistant au Pape Paul VI à l'occasion de la canonisation des vingt-deux martyrs catholiques de l'Ouganda, le 18 octobre, 1964. En 1965, le gouvernement d'Obote en Ouganda est passe par une crise politique, et Kiwanuka a répondu en publiant une lettre pastorale inspirante sur la direction politique et la maturité démocratique. Ce texte aura été le legs final de Kiwanuka, car il est mort subitement le 22 février, 1966, le jour avant la prise de pouvoir inconstitutionnelle de Milton Obote. Kiwanuka est enterré dans la cathédrale de Rubaga. La conduite de l'archevêque Kiwanuka a ouvert la porte au développement libre de l'église catholique en Afrique, qui est maintenant dirigée entièrement par des africains.

Aylward Shorter M. Afr.


Bibliographie:

John Mary Waliggo, A History of African Priests [Histoire des prêtres africains] (Nairobi: Matianum Press consultants, 1988).


Cet article, soumis en 2003, a été recherché et rédigé par le dr. Aylward Shorter M. Afr., Directeur Émerite de Tangaza College Nairobi, université catholique de l' Afrique de l'Est.




Accueil