Accueil


Malaki, Musajjakawa
c. 1875 à 1929
Église Malakite
Ouganda

Musajjakawa Malaki était un leader chrétien qui a formé une église séparatiste, la Société du Seul Dieu Tout-Puissant, connue plus généralement comme les Malakites.

Malaki, qui était Banda, s'est vu refuser le baptême deux fois par les missionnaires anglicans. En 1914 il a fondé le mouvement Malakite, qui est vite devenu une confession formelle. Dans l'espace de sept ans, cette confession a réclamé 90.000 adhérents. Les Malakites sont aussi devenus la première église indépendante de l'Ouganda.

Les Malakites étaient surtout un groupe religieux, mais ils portaient aussi en eux la semence de la dissidence anticolonialiste. Le mouvement s'est limité presque exclusivement aux Baganda, le groupe ethnique dominant de l'Ouganda, qui était déjà largement chrétien vers 1914. Malaki a enseigné qu'il fallait rejeter la médecine occidentale, et cet enseignement a crée un conflit avec les missionnaires et avec le gouvernement. Ses propos sur la redistribution des terres étaient peut-être encore plus sérieux. Les Malakites proposaient que les terres ancestrales devraient appartenir aux clans plutôt qu'aux individus. Ces propos, naturellement, menaçaient les chefs locaux. L'incident qui a provoqué la suppression des Malakites par le gouvernement colonial, cependant, c'était leur refus de coopérer au programme des vaccins. Malaki lui-même est mort suite à une grève de la faim.

Le mouvement a vite perdu de l'importance après avoir atteint son essor en 1921, et a disparu vers 1930. L'église des Malakites était une des rares grandes églises indépendantes en Afrique à s'effondrer. Son existence a provoqué les églises missionnaires à reconsidérer leurs attitudes vis-à-vis des aspirations religieuses africaines.

Norbert C. Brockman


Bibliographie:

Lipschutz, Mark R., et R. Kent Rasmussen. Dictionary of African Historical Biography [Dictionnaire de biographies historiques africaines] 2ème édition. Berkeley : University of California Press, 1986.


Cet article est reproduit, avec permission, de An African Biographical Dictionary [Un dictionnaire de biographies africaines], copyright © 1994, édité par Norbert C. Brockman, Santa Barbara, California. Tous droits réservés.




Accueil