Mbemba, Théophile

1917-1971
Église Catholique
Congo

Premier archevêque congolais de Brazzaville, Théophile Mbemba est né le 6 mai 1917 à Mpiaka, près de Brazzaville, de Joseph Bunkazi et de Marie Malunga.

Très jeune, il entre à l’Ecole Primaire de Kindamba, où il reçoit le baptême catholique à l’âge de huit ans. C’est à l’Ecole Jeanne d’Arc de Brazzaville, où il est arrivé en 1927, qu’il prend la décision d’entrer au Petit Séminaire en 1930. Dès lors le chemin vers le Sacerdoce est tout tracé: il va à Akono, au Cameroun, en 1934, pour y poursuivre ses études secondaires. En 1936, il est admis au Grand Séminaire de Yaoundé, d’où il partira trois ans plus tard pour le Séminaire de Libreville. De 1939 à 1945 il y fera ses études théologiques qu’il achèvera à Brazzaville, au Séminaire Saint-Louis.

Ordonné prêtre le 9 juin 1946, Théophile Mbemba est affecté à Mbamu, comme professeur au Séminaire Saint-Paul, de 1946 à 1947. De 1947 à 1949 il sera vicaire à la Paroisse de Linzolo. Affecté ensuite à Voka, au Sud de Brazzaville, il s’y occupera du Secteur de Mbanza-Nganga, de 1949 à 1956.

Il revient à Brazzaville en 1956, où Mgr Michel Bernard le nomme curé de la Paroisse Notre-Dame de Bacongo. Deux ans plus tard, il est nommé curé-doyen de Brazzaville, après la création en 1958, des doyennés, c’est-à-dire, regroupements de paroisses en vue de la meilleure concertation possible dans le ministère. Puis il est successivement nommé: vicaire général par Mgr Bernard, en 1960, evêque-coadjuteur avec droit de succession, par le Pape, le 2 décembre 1960. Et c’est en 1964 qu’il est nommé archevêque. Mais il meurt sept ans plus tard, le 14 juin 1971.

Jean-Pierre Makouta-Mboukou


Bibliographie

Ses écrits sont nombreux, aussi bien en français qu’en ladi, sa langue maternelle:

  • Histoire de Matsouanistes intitulée: Nzila Mayama (en ladi)

  • Le Folklore ladi (français)

  • Une histoire de l’Eglise du Congo depuis le Diocèse de San Salvador (en ladi avec traduction en français)

  • Lettres pastorales

  • Lettre œcuménique

etc.

Son œuvre théologique, sacerdotale et scolaire est immense. Il a en particulier lancé le Collège populaire “Mi-Mbemba”, rénové la Congrégation des Frères de Saint-Joseph, et fondé la Congrégation des Sœurs Congolaises du Rosaire.


Cet article, réimprîmé ici avec permission, est tiré d’Hommes et Destins: Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, tome 2, volume 2, publié en 1977 par l’Académie des Sciences d’Outre-Mer (15, rue la Pérouse, 75116 Paris, France). Tous droits réservés.