Zäkaryas, Shaikh (B)

1845-1920
Église Orthodoxe
Ethiopie

Lire d'autres versions: (A)(B)

Shaikh (“Enseignant” dans le monde arabe) Zäkaryas est né en 1845 dans le district de Nägalla, dans la province de Bagemder. Ses parents étaient musulmans amhara qui vivaient de l’agriculture et du petit commerce. A un jeune age, Zäkaryas a reçu une éducation Koranique dans la province de Wollo.

En 1892, Zäkaryas a reçu une série de visions troublantes qui l’ont finalement amené à chercher une Bible en arabe. Les chrétiens contemporains de Zäkaryas disaient que sa conversion était semblable à celle de l’apôtre Paul parce que, “Sans tuteur, par Son Esprit, Dieu lui a révélé le secret de la trinité” (Crummey, 1972, p.58, citant un poème oral d’Aleqa Tayye). Cependant, le Shaikh n’était pas encore chrétien. Il est possible que le contexte des visions inhabituelles de Zäkaryas ait été celui de la crise de la grande famine éthiopienne qui a commencé en 1888, ou encore celui de la mort de l’empereur Yohannes IV en 1889, pendant sa guerre avec les mahdistes musulmans.

La première vision de Zäkaryas était celle d’un homme qui venait de l’est, envoyé par Dieu pour lui donner une sagesse spéciale et plus de perspicacité par rapport à l’enseignement du Koran. Dans la deuxième vision, trois shaiks lui sont apparus et lui ont conseillé d’être plus hardi dans son interprétation du Koran. Ils lui ont dit qu’il fallait prêcher contre les conflits qui existaient entre l’Ancien Testament, les Evangiles et le Koran. Deux de ces messagers sont ensuite montés au ciel, et le troisième est resté pour réconforter et pour encourager Zäkaryas dans la tâche qu’on lui avait donnée. Suite à ces deux visions, il a entamé un travail de renouveau et de réforme de l’Islam. Il semble qu’il commençait à s’acheminer vers le christianisme trinitaire, mais qu’il n’était pas encore arrivé.

De 1892 à 1895, Zäkaryas a beaucoup prêché dans la région de Soqota, Wag. A partir de la Bible en arabe qu’il avait obtenue de la Mission Suédoise, il attirait l’attention, avec soin, aux nombreux défauts du Koran. Sa prédication, qui était désormais de caractère chrétien, a provoqué l’opposition ferme de la population musulmane locale qui, par conséquent, l’a accusé devant les officiels locaux de deux choses: un enseignement hérétique sur le Koran, et l’agitation de la communauté musulmane locale. Les officiels, qui étaient chrétiens amhara, ont rendu une fin de non-recevoir.

En 1896, Shaikh Zäkaryas s’est rendu dans la province de Bägemder pour y exercer son ministère. Son enseignement avait évolué, allant de la réforme islamique à la conversion au christianisme. Les missionnaires de la librairie de la Mission Suédoise à Asmara lui ont donné, ainsi qu’à ses disciples, des livres et des opuscules chrétiens qui pourraient l’aider. Il a vite eu beaucoup d’adhérents parmi la population Tigrenya et Amharique. On comptait parmi eux soixante-quinze musulmans notables, des shaikhs, et des douaniers. Cependant, une opposition très ferme à l’enseignement de Zäkaryas dans la communauté musulmane de l’Ethiopie du nord a enfin provoqué son assignation à comparaître devant la cour de l’empereur Menilek à Addis Ababa en 1906.

Des officiels musulmans de Lasta, Bägemder et Tegre l’ont accusé, soutenus par d’autres musulmans de Wollo et de Gurage. Le Concile Menilek-Zäkaryas a été convoqué en 1907. Zäkaryas s’est défendu par une présentation des textes du Koran, de l’Ancien et du Nouveau Testament qui s’harmonisaient. A la conclusion du Concile, en mai 1907, Menilek a publié la “Permission et Proclamation” suivante:

Shaikh Zakaryas a répondu, à partir du Koran, à toutes les accusations portées contre lui par les musulmans. Nous lui avons donné, donc, la permission d’enseigner dans toutes les régions musulmanes, comme il l’entend. Par conséquent, à partir d’aujourd’hui, qu’aucun homme ne porte une accusation concernant des questions religieuses contre Shaikh Zäkaryas, ni contre ses adhérents, ni contre ceux qui profitent de son enseignement. Shaikh Zäkaryas a complètement réfuté chaque accusation. Ainsi, que cette proclamation, qui est maintenant remise entre les mains du Shaikh Zäkaryas, à tous autres qui l’ont reçue, et au gouvernement lui-même, serve de témoignage éternel. Nous avons donc fait cette proclamation - ainsi soit-il: que les musulmans ne se disputent plus entre eux. (Crummey, 1972, p.61)

Pour cause de sources documentaires limitées (sans compter le récit en amharique de Zäkaryas de “La Collection Etablie et Permanente”), il est difficile d’élaborer une description précise de la prédication de Shaikh Zäkaryas. Ceci est clair: il affirmait que Jésus est la “Parole de Dieu” chaque fois que cette phrase apparaît dans le texte du Koran. Il enseignait aussi que la prophétie de l’Ancien Testament indique le Christ, et non Mohammed. Zäkaryas avait saisi le Koran de manière exceptionnelle et il utilisait pleinement ses capacités dialectiques pour présenter la supériorité de Jésus.

En 1910 Zäkaryas a reçu le baptême de l’église orthodoxe à Däbra Tabor et on lui a donné le nom chrétien de Newayä Krestos (“La possession du Christ”). Comme l’état lui faisait maintenant honneur en lui donnant une terre, une petite pension, et un petit groupe de serviteurs armés pour le protéger, il accédait, effectivement, à la hiérarchie traditionnelle de la structure de la classe rurale éthiopienne. On dit que son don prophétique a cessé peu après son baptême. Crummey déclare: “Ainsi, l’office spirituel a souffert de la bénédiction séculaire.”

Le mouvement a continué jusqu’à la mort de Zäkarias en 1920. Vers 1915, certains ont estimé qu’il avait environ 10.000 adhérents - un chiffre qui aura peut-être été exagéré. En 1920, il est question de 7.000 personnes. La direction de l’église orthodoxe n’a pourvu qu’une aide limitée à ce groupe de chrétiens hors du commun, qu’ils appelaient de manière péjorative Adadis Krestiyan (nouveaux chrétiens). Jonas Iwarsson, qui écrivait dans les années 1920, a exprimé la pensée des autres missionnaires suédois quand il a appelé les adhérents de Zäkaryas “une église abyssinienne vivante”. Celle-ci, selon lui, avait le potentiel réformer l’ancienne église orthodoxe. Néanmoins, ce n’est pas ce qui a eu lieu. La plupart de la génération suivante est allée au-delà de leur leader, Zäkaryas, pour adopter une compréhension plus évangélique de leur foi en rejoignant l’église des adventistes du septième jour.

E. Paul Balisky


Sources:

Donald Crummey, “Shaikh Zäkaryas, an Ethiopian Prophet,” [Shaikh Zäkaryas, un prophète éthiopien] Journal of Ethiopian Studies, Vol. X, No.1, 1972, pp. 55-66.

Jonas Iwarsson, “A Moslem Mass Movement Towards Christianity,” [Un mouvement musulman de masse vers le christianisme] Moslem World, Vol. XIV, 1924, pp. 286-289.

Thomas A. Lambie, A Doctor Without a Country [Un docteur sans pays] (New York, 1939), p. 277.


Cet article, reçu en 2006, a été recherché et rédigé par E. Paul Balisky, ancien conférencier à la Faculté Supérieure de Théologie Ethiopienne, Addis Ababa. Avec sa femme Lila, il sert comme membre du conseil du DIBICA. Ils vivent désormais à Grande Prairie, Alberta, au Canada.